X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

Point hebdomadaire et sommaire

PROPOS UTILES #2775

27 septembre/4 octobre 2017

 

La Fed agit comme attendu

Semaine du 18 au 25 septembre 2017

Les banques centrales savent que les investisseurs comptent sur leur mansuétude pour agir sans stress sur les marchés financiers. De fait, la communication de la Réserve fédérale, qui a cette semaine ouvert la voie à une forme de normalisation de sa politique monétaire, ne recélait logiquement aucune surprise. Dès le mois d’octobre, elle va ainsi réduire la taille de son bilan, gonflé depuis la crise de 2008 par les différents programmes de rachats d’actifs qu’elle a menés. Concrètement, la banque centrale américaine va cesser de réinvestir une partie des obligations qui arriveront à maturité. Dans un premier temps, elle le fera à hauteur de 10 Mds $ par mois, puis ce montant augmentera chaque trimestre pendant un an pour atteindre 50 Mds $ par mois. Au final, les avoirs obligataires de la Fed devraient être réduits de 300 Mds $ en un an alors que le bilan approche aujourd’hui des 4 500 Mds $. Ce retrait de liquidités des marchés très symbolique et progressif a été accueilli avec sérénité par les investisseurs. Est-ce à dire que ce mouvement de la Fed, qui sera imité par la Banque centrale européenne (BCE) dans quelques mois, n’aura pas d’impact sur la Bourse ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Pour l’heure, l’annonce n’a pas choqué, car tout avait fuité en amont. On notera toutefois que les premiers effets sur le marché obligataire n’ont pas été ceux attendus : les taux courts américains ont progressé quand les plus longs reculaient. Un aplatissement de la courbe des taux d’intérêt a ainsi pris forme alors que les intervenants espéraient une pentification, plus favorable au secteur bancaire et reflet (espéré) d’une économie bien orientée. Le processus de normalisation étant inédit et les banquiers centraux s’étant trompés sur l’effet réel des injections de liquidités, tout porte à croire que le scénario sans heurts "vendu" par les institutions monétaires et "acheté" aveuglément par les investisseurs n’aura pas lieu. De notre côté de l’Atlantique, le Président de la BCE, Mario Draghi, s’est dit de plus en plus confiant sur un retour de l’inflation vers l’objectif de la banque. Il a toutefois identifié la volatilité du taux de change de l’euro comme un facteur d’incertitude qui demande à être surveillé puis expliqué que l’économie souffrait toujours d’excédents de capacités justifiant une "large" accommodation monétaire. L’euro, justement, a reculé face au dollar au lendemain des résultats des élections législatives allemandes. Si celles-ci ont ouvert la voie à un 4ème mandat de la chancelière, elles se sont également traduites par une poussée de l’extrême-droite. Angela Merkel devra en outre collaborer avec des libéraux, peu séduits par l’idée française d’une mutualisation accrue des budgets et des dettes des pays européens. Pour le reste, notons que S&P a dégradé la note de la Chine, mettant en avant les risques de la progression rapide du crédit, comme l’avait fait Moody’s en mai. Les opérateurs n’ont pas tenu compte de cet avertissement. //

 

Au sommaire de ce numéro

 

#opérations

Les marchés ont progressé à petits pas puisque la BCE il y a 15 jours et la Fed la semaine passée ont confirmé leurs anticipations. Le changement de cap se fera donc sans précipitation aucune afin que les investisseurs s'habituent à un nouvel environnement. Pour autant, les écarts restent ténus, ce qui limite nos possibilités d'intervention, sauf à vouloir s'aventurer dans le day trading, ce qui n'est pas là notre objet. Rien n'est donc à signaler cette semaine du côté des Favorites. A l'achat/renforcement, quelques dossiers sont à surveiller. Pour ce qui est des Opportunités, nous avons pu opérer un allégement sur un gain fort appréciable de + 43,58 %. Le solde de nos titres est conservé pour un objectif de vente fixé un peu plus haut. //

 

#stratégie

Wall Street ne veut pas plier

Mais jusqu'où iront les indices américains ? Le marché "haussier" le plus puissant de l'histoire de la Bourse américaine semble désormais s'auto-entretenir. Quitte à perdre de vue un peu plus les fondamentaux... //

 

#stratégie

Le bilan trimestriel des Favorites

Au cours des trois derniers mois, nous avons concrétisé des gains de façon isolée et replacé les fonds ainsi obtenus sur des dossiers décotés. D'un point de vue stratégique, notre cap demeure le même et la prudence reste de mise. //

 

#nouvelles_des_favorites

Eclairage : Carrefour, le virage s'amorce

Mais aussi Alphabet / Kingfisher / Nestlé/L'Oréal / Roche / Rio Tinto  / RWE / Total //

 

#recommandations

Nos conseils sur les Favorites, ces valeurs solides à "travailler" selon notre méthodologie unique, les changements de limites, les dernières opérations //

 

#fiche_favorite

Sanofi

Graphiques historiques, données financières et répartition du chiffre d’affaires, analyse technique, faits récents, perspectives, recommandations et limites d'intervention (achat et vente), consensus des analystes et dernières opérations sur la valeur //

 

#regard_sur

Unilever : le périmètre évolue

Le spécialiste de l'agroalimentaire et des produits cosmétiques a fait plusieurs annonces. Autre que dans le registre purement financier auquel il nous avait habitués. S'agit-il d'un changement de cap ? //

L'Oréal : un regain de "spéculation"

Les rumeurs vont bon train sur les intentions de Nestlé alors que la participation du groupe au capital de L'Oréal va bientôt pouvoir évoluer. Quels sont les scénarios à envisager ? //

 

#opportunités

Nos recommandations sur les Opportunités, ces valeurs à fort potentiel mais à risque élevé //

 

#regard-sur

La Fed, les taux, les actions : quels liens ?

La réduction du bilan de la Fed va conduire les investisseurs à reconsidérer le risque lié à certains investissements. Des secteurs bien particuliers risquent de faire les frais de ce changement de politique. //

 

#questions/réponses

Quelques-unes des questions posées par nos abonnés et les réponses apportées par la rédaction (Linde PLC sera-t-elle éligible au PEA ? / Une stratégie d'investissement dite "passive" réduit-elle le stress des investisseurs ? / Investir dans la société Espaciel ? / Faut-il se repositionner sur Hydrogenics ?) //

 

Et toujours : 8 jours en Bourse, nos conseils sur les opérations sur titres, nos brèves de fiscalité, nos brèves, le chiffre de la semaine et le graphique de la semaine //




Sommaires précédents >>