X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Un été très favorable (rédigé le 19/08/2009)

(19/08/2009) Avant la coupure estivale, nous évoquions dans ces colonnes la perspective d’un été volatil mais porteur en Bourse. « Nous estimons que le bilan des mois de juillet et août devrait être positif cette année, non parce que nous croyons à la théorie du rally estival mais parce qu’après la récente consolidation, nous continuons d’anticiper une amélioration du contexte économique et boursier », écrivions-nous voici maintenant trois semaines. Force est de constater que l’ensemble des places financières internationales ont profité d’une belle accélération
« haussière » pendant l’été. Plusieurs éléments sont venus soutenir les cours et inciter les intervenants encore présents à se renforcer sur les actions. Pour notre part, l’envolée de certains titres a été l’occasion de concrétiser de nouveaux bénéfices après les achats menés au plus fort de la tempête. Comme nous l’envisagions et l’espérions, les résultats trimestriels des entreprises ont globalement dépassé les attentes des analystes qui avaient finalement fait preuve d’un excès de pessimisme. Aux États-Unis, 73 % des sociétés composant l’indice Standard & Poor’s 500 ont battu le consensus, ce qui n’est pas loin de constituer un record depuis la création de cet indicateur. Alors que les bénéfices étaient anticipés en recul de 35 %, ils sont finalement ressortis en baisse
« limitée » de 29 %. Cette bonne surprise a logiquement soutenu les cours. D’autant que dans le même temps, les chiffres d’affaires ont affiché un recul conforme aux attentes de 2 %. La performance du secteur financier a également encouragé les acheteurs : la quasi-totalité des banques européennes, notamment les plus importantes en termes de capitalisation, à savoir HSBC, Santander et BNP Paribas, ont par exemple enregistré des profits. Le discours tenu par les directions des sociétés s’est en outre fait plus positif : de plus en plus de dirigeants estiment ainsi qu’un point bas a été touché au 2ème trimestre. Alors que les nouvelles en provenance des entreprises tendaient à surprendre agréablement les investisseurs, l’amélioration sur le front macroéconomique se faisait également plus sensible. Un des principaux électrochocs est ainsi venu du marché de l’emploi aux États-Unis. Le nombre de destructions de postes s’est fortement réduit au mois de juillet à 247 000, contre 325 000 attendu par les économistes et 443 000 détruits en juin. L’amélioration dans le secteur de la construction outre-Atlantique, qui s’est traduit par 384 000 mises en chantier, a également surpris. Enfin, l’ensemble des économies développées ont dévoilé des Produits intérieurs bruts (PIB) supérieurs aux attentes au titre du 2ème trimestre. L’Amérique a limité le recul de son PIB à 1 % tandis que la France comme l’Allemagne sont parvenues à renouer avec la croissance. Enfin, il faut noter que plusieurs signaux positifs ont été enregistrés sur le plan de l’analyse technique. L’indice Standard & Poor’s 500 a ainsi franchi ses moyennes mobiles à 50, 100 et 200 jours pour casser la résistance des 1 000 pts durant l’été. Dans le même temps, le CAC 40 et le Nasdaq passaient respectivement au-dessus des 3 500
et 2 000 pts.
Une nouvelle fois, l’excès de pessimisme des investisseurs (voir PU n° 2381, page 3) s’est traduit par une forte hausse des actions. En restant méthodique et manœuvrier, vous avez ainsi pu alléger Air Liquide, Atos Origin, Essilor, Pernod Ricard, PPR, LVMH et BNP Paribas sur des gains importants (voir page 4). Nous restons positifs sur l’orientation des marchés d’actions au cours des mois à venir, tout en sachant que la volatilité devra encore et toujours être mise à profit.

Copyright (c) 2009 Propos Utiles www.proposutiles.com