X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

Point hebdomadaire et sommaire

PROPOS UTILES #2794

7/14 février 2018

 

Dans le rouge en 2018

Semaine du 5 au 12 février 2018

Le choc de la semaine passée n’a pas soudainement laissé la place à une embellie comme l’espéraient les intervenants. Les places boursières mondiales ont de nouveau perdu du terrain dans le sillage de Wall Street. Le repli approche du seuil des -10 % alors que les indices passent, un à un, en territoire négatif depuis le 1er janvier.

Les Bourses continentales chinoises ont été les plus affectées par le mouvement vendeur. La place de Shenzhen a ainsi perdu -14,33% depuis son plus haut annuel. Face à la débâcle, les autorités ont demandé aux actionnaires de référence des groupes cotés de réaliser des achats pour contrer le mouvement vendeur. Selon Bloomberg, 110 sociétés cotées à Shenzhen et Shanghai ont ainsi annoncé que leurs actionnaires majoritaires avaient augmenté leur participation. De même, des fonds ont été appelés à limiter leurs sorties afin de ne pas alimenter la spirale « baissière ». Cette manière de faire n’est pas nouvelle mais ne fait que renforcer la défiance des investisseurs envers le marché chinois. 

Parmi les principales Bourses européennes, seule Milan affiche encore une progression. Londres ferme la marche avec un repli de -6,60%. Aux Etats-Unis, le Dow Jones recule de -1% après avoir gagné jusqu’à +8%. La volatilité demeure très élevée et s’auto-alimente avec les ventes forcées des fonds. La marche ascendante des taux d’intérêt a quant à elle marqué une brève pause alors que certains investisseurs se reportaient sur les obligations. Le 10 ans américain semblait malgré tout repartir de l’avant pour aller tester le cap de 3%.

Sur le marché des changes, le dollar a regagné du terrain face à l’euro, ce qui a permis de « limiter » la baisse des actions européennes. Aux Etats-Unis, Donald Trump a proposé un plan visant à générer 1 500 Mds $ d’investissements publics et privés dans les infrastructures américaines au cours des dix prochaines années. Le marché n’a pas sourcillé.

En Europe, les productions industrielles française et italienne sont ressorties au-dessus des attentes, confirmant la bonne orientation de l’économie du Vieux Continent. La Banque d’Angleterre a quant à elle sous-entendu qu’elle pourrait accélérer le rythme de son resserrement monétaire en raison de la hausse de l’inflation. Du côté des entreprises, les bons résultats trimestriels et annuels continuaient d’être salués en dépit du contexte globalement « baissier ».

Enfin, l’Opep a relevé sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole en 2018. Mais elle n’attend pas pour autant un rééquilibrage entre l’offre et la demande avant la fin de l’année. //

 

Au sommaire de ce numéro

 

#opérations

En Europe, les marchés financiers n’avaient pas connu un tel coup de tabac depuis le vote en faveur du Brexit en juin 2016. Aux Etats-Unis, il faut remonter à décembre 2015, soit plus de deux ans en arrière, pour retrouver trace d’un épisode de stress comparable sur les actions. Et encore, les indicateurs de volatilité n’avaient pas enregistré des mouvements aussi violents que ceux affichés depuis le 2 février. 

Derrière ce qui s’apparente à une correction déjà proche de 10 %, il est intéressant de noter que certaines valeurs ont perdu bien plus depuis leurs plus hauts historiques des dernières semaines. Nos récents allégements (qui succédaient à des prises de bénéfices bien plus franches) visaient à se prémunir d'un tel repli. Forts de liquidités importantes (50% des avoirs recommandés depuis plusieurs mois), nous avons commencé à prendre position de manière graduelle et ciblée, conformément à notre méthode d’investissement lancée en 1952.

Cette semaine, une valeur allemande que nous avions vendue/allégée sur un gain de +25,39% au mois de janvier a pu être rachetée/renforcée sur un repli de -18% par rapport à ses récents plus hauts. D'autres dossiers ne devraient pas tarder à devenir abordables alors que la tension reste encore palpable sur les marchés. //

 

#stratégie

La correction est en cours

Les bonnes données macroéconomiques n'ont pas permis d'éviter une correction. Et pour cause, les marchés avaient énormément anticipé. Les turbulences sont se poursuivre. //

 

#regard_sur

Opérateurs télécoms : un contexte toujours difficile

Les opérateurs ont vécu une véritable traversée du désert. Peuvent-ils revenir sur le devant de la scène ? Les défis à relever sont nombreux. Seuls deux éléments pourraient relancer le compartiment. //

 

#le_cahier_des_favorites

Quatre pages consacrées chaque semaine à nos Favorites, ces valeurs solides à "travailler" selon notre méthodologie unique //

Les Nouvelles des Favorites

Résultats, opérations de croissance externe, rumeurs : retrouvez chaque semaine toute l'actualité de nos valeurs //

Le Tableau des nos Favorites

Le coeur de notre publication est constitué d'un tableau synthétique sur deux pages reprenant chacune de nos positions. Performance, PER, rendement, limites d'intervention et recommandations spécifiques, répartitions types, dernières opérations d'achat et de vente //

La Fiche Favorite

Chaque semaine, une de nos Favorites est passée à la loupe

Graphiques historiques, données financières et répartition du chiffre d’affaires, analyse technique, faits récents, perspectives, recommandations et limites d'intervention (achat et vente), consensus des analystes et dernières opérations sur la valeur //

 

#regard_sur

L'Oréal

La société a su maintenir un bon rythme de croissance en 2017. Mais est-il suffisant pour justifier la valorisation du titre ? La baisse de la rentabilité pourrait devenir préoccupante en 2018. //

Pernod Ricard

Le producteur et distributeur de Vins et Spiritueux a "bluffé" les marchés, en relevant notamment ses anticipations de croissance du résultat opérationnel. Cette "surperformance" est-elle tenable ? //

 

#opportunités

Nos recommandations sur les Opportunités, ces valeurs à fort potentiel mais à risque élevé //

 

#école_de_la_bourse

Les publications d'entreprises viennent régulièrement rythmer la vie des marchés boursiers. Nous revenons cette semaine sur quelques rappels utiles pour aborder ce rendez-vous. //

 

#questions/réponses

Quelques-unes des questions posées par nos abonnés et les réponses apportées par la rédaction

Que pensez-vous de Genfit ?

Les pas de cotation ont-ils changé depuis le 1er janvier ?

Impossibilité d'acheter Roche ou Nestlé sur Boursorama. D'où vient le problème ?

Indice "baissier" sur le Dax et interruption de cotation : est-ce normal ? //

 

#et_toujours

Nos conseils sur les Opérations sur titres (OST)

Nos brèves de fiscalité

Nos brèves économiques et financières

Le chiffre de la semaine

Le graphique de la semaine //

Sommaires précédents >>