X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Introductions en Bourse : quel bilan ? (rédigé le 25/06/2014)

Ce sont 18 entreprises qui ont fait leurs premiers pas à la Bourse de Paris depuis le début de l’année pour une levée de fonds approchant les 2,7 Md €. Bien que le flot des appels au marché ne semble pas vouloir se tarir (Serge Ferrari, Coface, Worldline, Viadeo et Ask vont faire leurs premiers pas en Bourse dans les jours qui viennent), nous pouvons établir un bilan. 

La bonne orientation des marchés, quoique relative, constitue un cadre favorable aux introductions en Bourse. Le flux de liquidités déversé par les banques centrales favorise d’ailleurs de manière générale la prise de risque, faute de rendement. Car rappelons-le, les dossiers qui nous sont présentés sont le plus souvent risqués. La plupart des sociétés introduites ne gagnent pas d’argent (tel est le cas, sur les 18 dossiers présentés, de 14 d’entre eux) et développent qui un produit unique, qui une application qui reste à être homologuée. Le succès demeure de fait hypothétique, d’autant que la commercialisation reste le plus souvent à envisager. Mais les présentations qui sont faites sont souvent très alléchantes : la plupart du temps, les dirigeants soulignent le caractère révolutionnaire de leurs produits. Souscrire à une introduction en Bourse revient, il est vrai et très souvent, à accompagner des sociétés innovantes, qu’il s’agisse des objets connectés, du traitement des déchets, de l’utilisation des micro-algues ou du stockage de l’énergie. Parmi les tendances de fond qui peuvent être établies, nous constatons que neuf sociétés de biotechnologie et de produits médicaux (« medtechs ») se sont introduites sur le marché depuis le 1er janvier. L’opportunisme était ici de mise compte tenu de l’envolée du secteur enregistrée aux états-Unis. L’appétit était d’ailleurs grand alors que le « ticket moyen » s’élevait en moyenne à 80 M €. Les dossiers à capitalisation élevée ont été peu nombreux (Elior, Euronext et GTT, seulement).

 

Appels au marché réalisés depuis le 1er janvier 2014 

de la plus récente introduction (Euronext) à la

plus ancienne (Crossject).

En grisé, les introductions conseillées par Propos Utiles.

 

Quels constats ?

 

Sur les cours actuels, seuls sept titres nouvellement introduits affichent une performance positive. Il est donc inutile de souscrire à ces opérations avec l’espoir de gains très rapides (+ 40 % en une journée comme cela a été parfois le cas). De fait et alors que l’appétit des investisseurs semble faiblir, il conviendra de se montrer encore plus sélectif et de faire preuve d’une grande prudence.

 

Notre avis : conformément à notre stratégie, nous avons fait preuve d’une grande sélectivité. Celle-ci a d’ailleurs payé, comme en témoignent globalement les performances des titres suivis. Nous avons par ailleurs revendu Anevia (gain de + 23,66 %) et Crossject (gain de +  20,52 %). Ces performances (4 sur 5 sont positives) doivent être relativisées puisque nous avons été peu servis dans le cadre des Offres à prix ouvert (OPO). Compte tenu du contexte de marché et du caractère risqué de ces valeurs, nous avons préféré prendre nos gains rapidement sur les titres les plus fragiles. Worldline (qui ne cote pas encore) fera ici exception compte tenu des qualités du dossier.


Pour découvrir quels prochains dossiers privilégierabonnez-vous dès maintenant.

 

Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.fr