X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Marchés d'actions : l'offre s'est contractée (rédigé le 21/02/2017)

Sur le marché boursier, les échanges entre les investisseurs débouchent sur un prix, lequel est le fruit de l’équilibre trouvé entre l’offre et la demande. Ainsi, si la demande augmente plus que l’offre, le prix grimpe jusqu’à ce qu’un nouvel équilibre soit établi. Mais le prix peut également progresser si l’offre se raréfie. Les entreprises qui rachètent leurs titres en Bourse pour les annuler l’ont bien compris. L’effet de rareté est en effet supposé conduire à une hausse des cours.

 

Selon une récente étude de Morgan Stanley, ce phénomène constitue un moteur sous-estimé de la hausse des marchés financiers. Alors que les banques centrales se sont acharnées à stimuler la demande des investisseurs en encourageant la prise de risque, l’offre globale a en effet été freinée sous l’effet des rachats d’actions, des fusions, des introductions annulées, de la préférence pour la dette et des opérations de rachats suivies de retraits.

 

Entre 1999 et 2008, plus de 600 Mds $ d’actions nouvelles étaient placées chaque année sur les marchés. Or, depuis cinq ans, ce montant a été ramené à 250 Mds $ par an environ. En 2016, il a même été négatif... Plus de demande, moins d’offre : les niveaux de valorisation ont logiquement progressé à des niveaux historiquement élevés. Attention toutefois, une hausse des taux d’intérêt freinerait les rachats d’actions, les levées de dettes ainsi que les opérations capitalistiques (fusions, retraits). De quoi inverser la dynamique sur le front de l’offre.

 

Pour vous abonner à notre lettre hebdomadaire (12 pages d'analyses et de conseils / 48 numéros par an) : cliquez-ici.


Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.fr