X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Conseils boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Rebond express (rédigé le )

La volatilité estivale reste au centre du jeu. Après leur récente correction, les marchés européens ont ainsi brutalement rebondi tandis que les indices de Wall Street inscrivaient de nouveaux records. Bien que les inquiétudes liées au variant delta soient toujours présentes, les investisseurs encore actifs sur les marchés ont cherché à exploiter le récent recul. Les publications trimestrielles de résultats ont servi de prétexte aux acheteurs. Aux États-Unis, 85% des entreprises ont battu le consensus ; la croissance des profits atteint +74%. 

 

Sur le front monétaire, la Banque centrale européenne (BCE) a laissé entendre qu’elle poursuivrait sa politique expansionniste pendant encore plusieurs années. L’institution s’autorise notamment à laisser l’inflation évoluer temporairement au-dessus de sa cible de 2%. Au regard des éléments pris en compte par le comité de politique monétaire (inflation constatée et attendue sur un horizon de projection de trois ans), aucune hausse de taux ne devrait prendre forme avant 2024. L’avenir du programme de rachats d’actifs n’a en revanche pas été abordé, ce qui laisse planer une incertitude. 

 

Du côté des données macroéconomiques, les PMI américains, attendus à 62 pour le manufacturier et à 64,6 pour les services, sont respectivement ressortis à 63,1 et 59,8. En zone euro, les mêmes indicateurs se sont établis à 62,6 et 60,4, en ligne avec les attentes. Ils demeurent largement en zone d’expansion (à savoir au-dessus de 50). Le climat des affaires en Allemagne, mesuré par l’indice Ifo, se maintient quant à lui sur des niveaux élevés (100,8, en très léger repli sur un mois). Enfin, les cours du pétrole ont rebondi. Selon Goldman Sachs, le déficit et la lenteur de l’évolution de l’offre devraient permettre au baril de brent d’atteindre les seuils de 75 $ et 80 $ aux 3ème et 4ème trimestres. 

 

Les marchés chinois ont nettement reculé en raison de la poursuite de l’offensive lancée par les autorités locales contre plusieurs secteurs d’activité. Cette semaine, celui du soutien scolaire était ainsi dans la ligne de mire de Pékin (voir page 4). Les opérateurs n’apprécient guère cet interventionnisme accru, lequel visait à l’origine le compartiment technologique mais semble désormais ne devoir épargner personne.

 

Retrouvez le sommaire du numéro de la semaine ici

 

Pour connaître nos conseils, notre méthode d'investissement et pour gagner en Bourse, abonnez-vous à Propos Utiles (12 pages d'analyses et de conseils / 48 numéros par an) en cliquant ici.

 

Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.fr