X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Conseils boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Dans l'attente des trimestriels (rédigé le )

Cette semaine boursière a été celle d’une certaine temporisation, après des échéances marquées par une appréciation quasi-continue des grands indices mondiaux et l’inscription de records historiques presque quotidiens à Wall Street. Le marché américain est d’ailleurs resté fermé le lundi 18 janvier (Martin Luther King Day). A l’approche de la saison des résultats trimestriels, lesquels devraient permettre de prendre le pouls de l’économie au moment où les investisseurs se font hésitants, la Bourse américaine a connu trois séances consécutives de repli sur la semaine. Du jamais-vu depuis deux mois.

 

De l’autre côté de l’Atlantique toujours, le nouveau Président va prêter serment le 20 janvier. Les marchés se sont inquiétés d’éventuels débordements alors que Donald Trump semble n’avoir encore que partiellement accepté sa défaite. Washington est ainsi devenu un véritable camp retranché.

 

Joe Biden a dévoilé un nouveau plan de relance d’urgence de 1 900 Mds $, principalement à destination des ménages et des petites entreprises. Il reste désormais à convaincre les élus du Congrès. L’anticipation d’un tel stimulus économique a profité au dollar qui reprenait d’ailleurs quelques couleurs face à l’euro à 1,2090/€.

 

Par ailleur,s le nouveau Président américain prévoit de bloquer le projet controversé d’oléoduc Keystone entre le Canada et les états-Unis, lancé en 2008, annulé en son temps par Barack Obama pour des raisons environnementales et remis sur les rails par Donald Trump sur des justificatifs économiques. Une telle décision risque de contraindre l’offre de pétrole. C’est ainsi que le baril de WTI prenait près de +1% sur la nouvelle pour osciller autour de 52,50 $.

 

Sur le front des statistiques, les ventes de détail aux Etats-Unis ont fortement déçu (-0,7% en décembre sur un mois), tout comme les demandes hebdomadaires d’allocations chômage. Celles-ci sont reparties en forte hausse après la trêve des fêtes de fin d’année alors que l’activité économique du pays reste significativement contrainte par la pandémie de coronavirus. Ainsi, selon les données publiées par le Département du Travail, 965 000 personnes se sont inscrites au chômage dans le pays entre le 3 et le 9 janvier, contre 784 000 la semaine précédente et 780 000 attendu par les économistes. Joe Biden a promis un nouveau plan de relance, destiné à relancer l’économie. Les millions de chômeurs américains devraient ainsi pouvoir compter sur des droits au chômage rallongés une nouvelle fois. La production industrielle, en revanche, s’est redressée (+1,6% sur un mois en décembre).

 

En Europe cette fois, cette même production industrielle a augmenté pour le 7ème mois consécutif en novembre (+2,5%). En France, le PIB s’est contracté de -4% au 4ème trimestre. La campagne de vaccination devrait permettre de voir le bout du tunnel, mais sans doute de façon très progressive. //

 

Retrouvez le sommaire du numéro de la semaine ici

 

Pour connaître nos conseils, notre méthode d'investissement et pour gagner en Bourse, abonnez-vous à Propos Utiles (12 pages d'analyses et de conseils / 48 numéros par an) en cliquant ici.

 

Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.fr