X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Rendez-vous avec la réalité (rédigé le 07/05/2012)

Monsieur le Président, vous voilà élu. Si de l’avis général les thèmes de campagne qui ont été retenus n’ont guère enthousiasmé les foules, la forte participation au scrutin de dimanche laisse penser que les attentes des électeurs sont paradoxalement élevées. Les promesses intenables, les faux-semblants, les postures savamment étudiées et les approximations sont désormais à remiser, au risque de mécontenter les Français. Vous avez désormais rendez-vous avec la réalité et donc avec la vérité. Que celles-ci vous plaisent ou non, vous ne pourrez de toutes les façons vous y soustraire.

 

Le « modèle français » est à bout de souffle et il est devenu illusoire de demander toujours plus à l’Etat au risque de creuser de nouveau les déficits. Par quelques tours de passe-passe (prendre à Paul pour donner à Jacques, puis reprendre à Jacques pour donner à Pierre), vous pourrez peut-être faire illusion quelques semaines et satisfaire au clientélisme qui, hélas, a constitué depuis trop d’années l’alpha et l’oméga de l’action publique. Mais guère plus. Fidèle à la tradition gaullienne qui prévaut à la fonction, vous vous situez désormais au-dessus des partis. A vous de les faire entrer dans le rang pour le bien commun, et dès lors à assumer votre responsabilité de chef de la nation.

 

Un plan de redressement est nécessaire, lequel devra marquer le retour aux réalités, comme ce fut le cas en 1958 sous l’égide de Jacques Rueff et Antoine Pinay. Mais il ne s’agit pas « d’investissements d’avenir » (voir ci-contre), « d’Etat stratège » ou de dépenses nouvelles censées, miraculeusement, créer de la croissance. Ce plan de redressement peut s’entendre simplement : pas de dépenses sans recettes (zéro déficit), réduction du périmètre de l’Etat qui doit se concentrer sur ses fonctions essentielles (justice, police, armée, diplomatie), baisse pérenne de la bureaucratie, des impôts et de la taxation du travail comme de l’épargne. Enfin, vous devrez vous attaquer aux réformes structurelles dont la France a tant besoin. D’autres pays sont passés par là et s’en portent bien mieux. Placé désormais face aux réalités, vous n’avez de toute façon pas la possibilité de décevoir.

 

Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.com