X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

C'est reparti pour un tour... (rédigé le 09/10/2018)

Point hebdomadaire // Semaine du 1er au 8 octobre 2018


Décidément, les marchés européens ne parviennent pas à choisir un cap et s’y tenir. A Paris, le CAC 40 a une nouvelle fois été incapable d’aller chercher ses plus hauts annuels. Il a même rechuté vers les 5 300 pts. Depuis le mois de juin, c’est le septième changement de tendance au sein d’un canal compris entre 5 250 pts et 5 550 pts.

 

Sur le Vieux Continent, les critiques adressées par la Commission européenne à l’Italie sur ses objectifs en matière de budget (l’institution évoque une "grave inquiétude") ont pesé sur les cours. En France, le secteur du luxe, lequel pèse désormais 23% de l’indice CAC 40, a lourdement chuté avec la montée des craintes d’un retournement économique brutal en Chine.

 

De l’autre côté de l’Atlantique, la baisse l’a également emporté, même si le Dow Jones est parvenu en début de semaine à inscrire un nouveau record. La guerre commerciale entre Washington et Pékin reste un sujet d’inquiétude majeur, d’autant que les derniers échanges entre les deux pays ont été tendus. Dans le même temps, le discours très optimiste de la Réserve fédérale sur l’état de santé de l’économie américaine fait redouter aux investisseurs que la banque centrale n’aille trop loin dans le relèvement de son taux directeur. Jerome Powell, le Président de l’institution, a évoqué un retour du loyer de l’argent au-dessus du niveau jugé "neutre" pour l’activité.

 

Après une pause entre mai et septembre, les taux américains à 10 ans ont repris leur ascension. Cette semaine, ils ont dépassé leur sommet annuel pour s’inscrire à 3,25%, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis mai 2011. Logiquement, le dollar a gagné du terrain face à l’euro, lequel est en outre (encore) pénalisé par le dossier italien. La remontée des taux d’intérêt commence à inquiéter les investisseurs en actions.

 

Au mois de septembre, l’économie américaine n’a créé que de 134 000 emplois (contre 185 000 attendus) mais le taux de chômage a reculé à 3,7%, au plus bas depuis 1969. 

 

Du côté du marché pétrolier, le cours de l’or noir a reculé de -2% alors que dans le cadre des sanctions visant la production iranienne, les Etats-Unis ont indiqué envisager des exemptions pour les pays ayant déjà fait des efforts pour réduire leurs importations de pétrole iranien.

 

Enfin, la banque centrale chinoise a annoncé une réduction d’un point de pourcentage du taux des réserves obligatoires des banques. Cette action va permettre d’injecter 750 Mds CNY (soit environ 100 Mds €) de liquidités dans le système bancaire chinois, selon l’institution. Pour mémoire, cette dernière a déjà opéré une réduction similaire des taux de réserves par quatre fois cette année. Les économistes s’attendent désormais à d’autres actions en ce sens. La banque est en effet inquiète des conséquences de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Plusieurs secteurs font déjà état d’un ralentissement marqué. Dans la foulée de cette annonce, le yuan et la Bourse chinoise ont chuté. //

 

Retrouvez le sommaire du dernier numéro ici

 

Pour connaître nos conseils, notre méthode d'investissement et pour gagner en Bourse, abonnez-vous à Propos Utiles (12 pages d'analyses et de conseils / 48 numéros par an) en cliquant ici.

 

Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.fr