X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

À quand la votation des épargnants ? (rédigé le 07/10/2009)

(07/10/2009) Le scrutin organisé par le Comité national contre la privatisation de La Poste s’est donc achevé sur un succès du « non ». Selon celui-ci, quelque 2,2 millions de personnes auraient en effet participé à cette « votation citoyenne » pour un résultat sans équivoque : 90 % des votants ont répondu négativement à la question qui leur était posée, à savoir : « Le gouvernement veut changer le statut de La Poste pour la privatiser. Êtes-vous  d’accord avec ce projet? ». Appelant le Premier ministre à tirer les conséquences de ce score sans appel, le Comité lui a donc demandé de « renoncer définitivement » à la loi sur la modification du statut et donc à l’ouverture du capital. Si cette initiative populaire, telle qu’elle est nommée par ses organisateurs, venait à influer sur la politique menée par le gouvernement, elle ouvrirait sans nul doute la voie à de nouvelles initiatives. Ainsi, pourquoi ne pas imaginer l’organisation d’une votation sur la politique du gouvernement concernant l’épargne ? Compte tenu des dernières mesures annoncées (relèvement de la fiscalité sur les valeurs mobilières, l’immobilier, l’assurance-vie, l’épargne salariale, etc.), le Comité national contre la spoliation des épargnants pourrait ainsi être créé. Bien sûr, le succès de la votation qui sera organisée tient en grande partie à l’orientation de la question. Nous pourrions ainsi imaginer poser la suivante : « Le gouvernement veut accroître la pression fiscale sur les revenus des petits épargnants pour continuer à dépenser sans compter. Êtes-vous d’accord avec ce projet ? ». Le vote se ferait ensuite en direct, devant l’urne, avec signature de listes d’émargement, non pas devant les bureaux de Poste, les gares, ou encore devant les mairies mais exclusivement devant les Caisses d’Épargne, les banques et les centres des impôts. Pour finir, le « dépouillement » serait assuré par des Français ayant tous fait l’effort d’épargner et d’investir. Avec un score de 99,98 % pour le « non », le Comité appellerait le Premier ministre à tirer les conséquences d’un tel résultat et réclamerait l’annulation des réformes du Budget 2010, voire l’application des promesses électorales...


Copyright (c) 2009 Propos Utiles www.proposutiles.com