X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

Point hebdomadaire et sommaire (rédigé le 06/02/2018)

Sur leur élan de 2017, les indices boursiers avaient démarré l’année sur les chapeaux de roue. Au point de s’exposer à une brutale correction... Celle-ci a pris forme cette semaine : d’abord en Europe (-4,51%) où l’incapacité des autorités monétaires à trouver les mots pour freiner la hausse de l’euro a inquiété, puis aux Etats-Unis (-7,11%) où la perspective d’une renaissance de l’inflation a pris de court les opérateurs et provoqué un repli inédit depuis 2011.


La crainte de voir les taux d’intérêt remonter plus vite que prévu a réveillé les marchés. Le Vix, calculé sur la moyenne de la volatilité des options d’achat et de vente sur le Standard & Poor’s 500, s’est envolé de près de +120% sur la semaine. "L’indice de la peur" revient ainsi à un pic de sept ans. Il prend à revers la stratégie d’investissement la plus populaire à Wall Street qui consiste à parier sur une volatilité étroite.


Au titre du mois de janvier, l’économie américaine a continué de créer des emplois à un rythme élevé (200 000 créations contre 180 000 attendues) mais surtout, cette dynamique s’est traduite par des hausses de rémunérations. Selon les statistiques du Département américain du Travail, les salaires ont progressé de +2,9% au mois de janvier, contre +2,5% un mois plus tôt. Il s’agit de la hausse la plus marquée depuis juin 2009 (le pays opérait alors une sortie de crise). Elle pourrait être directement liée à la réforme fiscale de l’administration Trump, laquelle a conduit de nombreuses entreprises à octroyer des augmentations à leurs employés. De même, le relèvement du salaire minimum dans dix-huit Etats au 1er janvier a probablement joué.


Alors que le taux de chômage reste au plus bas (4,1%), l’apparition de tensions inflationnistes devrait logiquement conduire la Fed à durcir son resserrement monétaire. En y regardant de plus près, nous notons en outre que la remontée des anticipations inflationnistes se fait au moment où l’intensité des surprises positives sur le front économique faiblit aux Etats-Unis. Quoi qu’il en soit, ces annonces ont poussé le 10 ans américain aux abords des 2,90%, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis janvier 2014. Les taux européens ont suivi le mouvement, ce qui a limité le rebond du dollar face à l’euro.


Plus largement, il convient de souligner que les attentes très élevées des investisseurs en matière de résultats des entreprises compliquent la donne. AppleAlphabet ou encore Exxon ont été sanctionnées après avoir publié leurs résultats. Sur l’année, le marché vise une croissance de +18,2% des profits des entreprises du Standard & Poor’s 500, ce qui est historiquement élevé. Surtout, une telle anticipation n’intègre pas le possible retour de l’inflation. //

 

Au sommaire du PU #2793

7/14 février 2018

 

#opérations

Dans notre récent numéro "Spécial Stratégie" du début d'année, nous évoquions le retour de la volatilité. Sans prévoir pour autant que celui-ci serait si rapide et si violent. Le VIX, qui oscillait dans de basses eaux historiques, a ainsi bondi en l’espace de trois jours tandis que les indices dévissaient littéralement (le Dow Jones cédait hier près de -7% en séance avant de finir sur un repli de -4,6%). Quelques résultats décevants, une conférence ratée du Président de la Banque centrale européenne (BCE) et une statistique américaine allant dans le sens d’un retour de l’inflation auront suffi à faire des dérailler les marchés qui, comme nous l’indiquions depuis un bon moment, dansaient sur le volcan. Les positions spéculatives "gérées" par des algorithmes et la mainmise de la gestion passive ont fait le reste.

Nos récents allégements (qui succédaient à des prises de bénéfices bien plus franches) sont ainsi clairement validés par l’évolution des marchés depuis quelques jours. Forts de liquidités importantes (50% des avoirs recommandés depuis plusieurs mois), nous restons sereins et commençons à prendre position de façon graduelle, conformément à notre méthode d’investissement lancée en 1952 et qui, une fois encore, nous a préservés des mouvements moutonniers et donc irraisonnés.

Nous avons ainsi été en mesure de procéder à quelques achats/renforcement entre vendredi et mardi sur des valeurs Favorites où nous étions les plus sous-exposés (degré d’exposition compris entre -3 et -4) et ce, comme toujours, dans le respect des limites préalablement établies. Nous restons donc prudents et disposons des moyens pour, le cas échéant, poursuivre et élargir nos renforcements. //

 

#IPO

Novares Group

Introduction en Bourse de l'équipementier automobile. Faut-il souscrire, ou non ? Retrouvez notre analyse de ce dossier et notre conseil sur cette opération. //

 

#stratégie

"Cette fois, c'est différent" ? Non

Les Bourses mondiales ont brutalement chuté et pris de court la majorité des investisseurs. La volatilité fait son grand retour. Explications et rappels méthodologiques. //

 

#regard_sur

Pétrole : l'incertitude domine

Les investisseurs restent prudents alors que les dividendes des groupes pétroliers sont jugés fragiles. Ce qui explique l'inertie du secteur. Quelles sont nos perspectives pour le baril et le secteur ? //

 

#le_cahier_des_favorites

Quatre pages consacrées chaque semaine à nos Favorites, ces valeurs solides à "travailler" selon notre méthodologie unique //

Les Nouvelles des Favorites

Résultats, opérations de croissance externe, rumeurs : retrouvez chaque semaine toute l'actualité de nos valeurs //

Le Tableau des nos Favorites

Le coeur de notre publication est constitué d'un tableau synthétique sur deux pages reprenant chacune de nos positions. Performance, PER, rendement, limites d'intervention et recommandations spécifiques, répartitions types, dernières opérations d'achat et de vente //

La Fiche Favorite

Chaque semaine, une de nos Favorites est passée à la loupe

Graphiques historiques, données financières et répartition du chiffre d’affaires, analyse technique, faits récents, perspectives, recommandations et limites d'intervention (achat et vente), consensus des analystes et dernières opérations sur la valeur //

 

#regard_sur

Maurel et Prom

Le chiffre d'affaires de l'année 2017 s'est avéré décevant. Mais l'exercice 2018 commence plutôt bien, indique la direction. Retrouvez notre conseil sur cette valeur. //

Unilever

La rentabilité du groupe s'est améliorée en 2017. Les volumes des ventes ont rebondi en fin d'année alors que la nouvelle stratégie de la direction se fait bien plus offensive. Cette tendance peut-elle durer ? //

 

#opportunités

Nos recommandations sur les Opportunités, ces valeurs à fort potentiel mais à risque élevé //

 

#questions/réponses

Quelques-unes des questions posées par nos abonnés et les réponses apportées par la rédaction

Que pensez-vous de Pierre & Vacances ?

Quid de la réglementation en cas de faillite bancaire et des valeurs mobilières ?

Où se procurer le liste complète des valeurs éligibles au PEA-PME ? //

 

#bloc-notes

Cette semaine, nous revenons sur la folie des fusions/acquisitions, le poids de la gestion passive dans l'indice CAC 40 et les défauts à venir sur les cartes de crédit des ménages américains. //

 

#par_dessus_le_marché

Amazon : et maintenant, la santé

 

#et_toujours

Nos conseils sur les Opérations sur titres (OST)

Nos brèves de fiscalité

Nos brèves économiques et financières

Le chiffre de la semaine

Le graphique de la semaine //