X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Réflexions économiques
Investissements boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

À la une

L'effet BCE durera-t-il ? (rédigé le 27/01/2015)

La Banque centrale européenne (BCE) a donc, comme prévu, annoncé la mise en place d’un programme d’assouplissement quantitatif (dit «QE»). L’ampleur de celui-ci a toutefois dépassé les attentes, ce qui semble malgré tout logique au regard de l’effet recherché. Son caractère illimité a évidemment soutenu des marchés encore et toujours drogués aux liquidités. Ces derniers sont désormais entrés dans une nouvelle phase, soutenus par la baisse de l’euro et l’avis général qui laisse entendre qu’en cas de correction des indices, la BCE, à l’instar de la Fed aux Etats-Unis, se précipitera pour rassurer les intervenants. L’aléa de moralité est devenu un pilier du marché, ce qui conduit les investisseurs à poursuivre leurs achats malgré des fondamentaux dégradés.

 

Alors que le « loyer » de l’argent et maintenant les taux de change sont totalement administrés, les prix des actifs n’ont plus guère de sens. Pourquoi cette action qui cote actuellement 50 € sur des bases déjà fragiles ne pourrait-elle pas valoir 60 €, 70 € voire le double alors que l’argent coule à flots et que «tous» veulent en acheter ? Cette victoire de la planification et de l’étatisme doit bien évidemment nous inciter à la prudence car l’Histoire nous apprend que ce mode de fonctionnement ne peut avoir qu’une fin dévastatrice. Les ajustements ont toujours lieu, un jour ou l’autre. Mais ces ajustements se font beaucoup trop rapidement pour pouvoir s’y adapter (voyez ainsi le récent changement de politique monétaire initié par la Banque nationale suisse).

 

Méfiez-vous de fait de ceux qui au prétexte des flux de liquidités disponibles sans cesse plus conséquents vous incitent à acheter tout et n’importe quoi. Il convient plus que jamais de garder son sang froid et de la mesure, quitte à passer à côté de certains mouvements. Car une fois encore, il en est qui vous diront que tout a changé, que rien n’est plus comme avant, que le paradigme de marché est inédit et que les vieilles recettes ne portent plus leurs fruits. Ils auront « raison » quelque temps, mais devront affronter le retour à la réalité tôt ou tard.

 

Ainsi actuellement, qui s’inquiète des perspectives macroéconomiques dégradées, comme en témoignent les ajustements réalisés par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) pour ce qui est de la croissance attendue pour 2015 ? Qui se souvient qu’UPS, Philips, Danone, Burberry, Schlumberger, Sharp, Unilever, Siemens ou encore SAP ont fait état de prévisions décevantes et que ces annonces n’ont pas été sanctionnées en Bourse ?

 

Pour l’heure, l’évolution des marchés se calque parfaitement sur celle du consensus tel qu’il était établi en ce début d’année. La préférence va aux actions européennes pour lesquelles certains osent évoquer un rattrapage par rapport à leurs homologues américaines. Sans se soucier de l’environnement dégradé qui est celui du Vieux Continent et au moment même où des nostalgiques de l’URSS prennent le pouvoir en Grèce, au risque de déstabiliser le très fragile équilibre sur lequel repose la zone euro.

 

La prime est donnée à la qualité pour ce qui est des actions, mais l’entendement n’est plus de mise alors que les actions les plus « entourées » affichent des CCR supérieurs à 20 fois les profits estimés sans que personne ne s’en émeuve. Oui mais voilà, entend-on à l’unisson, la faiblesse des cours du pétrole, la baisse de l’euro et l’accès facilité des Etats à l’endettement auront des effets très positifs. Mais qui peut affirmer que l’or noir restera sur les niveaux actuels ? Et que la Fed laissera s’apprécier sa monnaie sans réagir ? Ces hypothèses sont à notre sens trop fragiles.

 

Voilà pourquoi, conformément à notre stratégie, nous poursuivons nos opérations de manière méthodique pour des ambitions que nous jugeons cohérentes avec le niveau de risque. Nos derniers allégements en témoignent, comme vous avez pu le constater. Nous ne changeons pas de cap.

 

Pour vous abonner, cliquez ici.

 

Copyright (c) Propos Utiles www.proposutiles.fr